index accueilmot d'accueil - présentation du site
histoire et origine des ex-voto
les photos d'ex-voto
les ex-voto du Trésor de la Basilique de Sainte-Anne d'Auray
statues, vitraux
le Musée des Thoniers d'Etel
photos et fichiers divers relatifs au milieu maritime


utilisation photos - droits auteur - divers
liens vers d'autres sites
courrier - mail


Noirmoutier en l'ile

Eglise Saint-Philbert

L’église Saint-Philibert conserve désormais sous verre cette maquette réalisée en 1802 par un horloger local de la place des Halles, Jacques Sirbil. Initialement suspendu, l’ex-voto est désormais placé sous verre. Il est dit qu'il est la réplique d’une frégate de 50 canons commandée alors par le lieutenant de vaisseau Auguste Jacobsen. C’est une maquette superbement construite, dont on peut admirer de très nombreux détails bien finis et d’une précision extrême. Elle a fait l'objet d'une restauration en 1999.

Il lui a été attribué le nom de "Saint-Philibert" mais ce nom n'a jamais été porté par par un navire du roi. Ce nom lui a été vraisemblement donné en honneur de Saint-Philibert, évêque qui chassa les Normands de l'île.

--------------------

Percé de chaque bord pour douze pièces d’artillerie à la première batterie, treize pièces à la seconde et ses gaillards pouvant supporter jusqu’à six pièces, toujours de chaque bord, il s’agit en réalité d’un vaisseau de 62 canons (vaisseau de troisième rang).

Ce genre de vaisseau a été construit à plusieurs exemplaires en France jusqu’en 1741.
Le dernier existant, le St Michel, construit à Brest en 1738 sur les plans de Helie, a été retiré du service en 1785 après avoir soutenu plusieurs combats de la guerre d’Indépendance américaine.

Auguste Jacobsen - né à Nantes en 1800 et décédé à Noirmoutier en 1873 - ne peut donc en aucun cas avoir servi à son bord. Il en est de même de son frère ainé Charles, né à Noirmoutier en 1791 et décédé en 1838 également à Noirmoutier, lieutenant de vaisseau de1824 à 1831.

Les anachronismes que présente la construction de ce modèle semblent prouver que la coque de ce vaisseau est d’époque 1730, réparée ou mise au goût du jour sous le consulat (donc vers 1801) avec une modification essentiellement de l'étrave, de la mature et d'une partie de la décoration de la poupe.